Enfin des nouvelles d’Alsatis

Aujourd’hui deux articles sont parus dans la Charente Libre et Sud Ouest.

Je commençais à me demander quand est-ce que nous aurions des nouvelles d’Alsatis.

C’est maintenant chose faite.

Au moins Mr Boutant parle de nous clairement sans nous citer : les « contres », les « détracteurs », ceux qui veulent la fibre optique.

Je reste quand même figé sur mes opinions : «qui a eu quelques difficultés de commercialisation», mais ce ne sont pas des difficultés, c’est un raté total, c’est un flop magistral!

200 abonnés dans la Vienne, mais de qui se moque t-on?

7 M€  : 35000€ par abonné.

Ok, c’est le pire des cas, mais prenons celui de la Charente-Maritime qui a du investir à peu près la même somme, cela fait quand même 8750€ par foyers connectés!

C’est affligeant!

En associant les 3 associations Charentaises nous avons déja deux fois voire 3 fois le nombres d’abonnés. Rien qu’à Nord Charente Wireless nous approchons la centaine.

Et cela n’aura couté que 120€ par personnes adhérentes et non pas contribuables!

Vivement dans un an que l’on fasse le point sur le nombre d’abonnés.

Par contre, je souhaite réellement et sincèrement un bon courage à Alsatis qui a du pain sur la planche…

L’article de la Charente Libre

LE DÉPARTEMENT PASSE À L’OFFENSIVE POUR L’INSTALLATION D’INTERNET À HAUT DÉBIT
C’est parti! Chasseneuil profite depuis quelques jours du haut débit internet. Les autres secteurs de la campagne charentaise vont suivre jusqu’à juin 2010

Patrick SERVANT

Le président du conseil général de la Charente Michel Boutant (à droite) a présenté le plan destiné à équiper la Charente en haut débit • photo Majid Bouzzit

«Les premiers abonnés sont ravis.» Jean-Pierre Barraud, le maire des Pins, se fait l’ardent propagandiste d’Alsatis (1), l’opérateur privé qui va équiper les campagnes charentaises du wifi et du wimax, ces technologies qui amènent le haut débit internet là où la fibre optique n’existe pas.

Sa voisine, Elisabeth Guimard, maire de Saint-Mary, va pouvoir en dire autant. Hier, elle a accueilli le président du conseil général de la Charente Michel Boutant qui a lancé son plan de bataille pour le haut débit en zone rurale. Première «plaque» à être desservie: le canton de Chasseneuil. Les 38 autres zones définies par Alsatis suivront (voir notre encadré).


Fin tacticien, Michel Boutant a immédiatement déminé le terrain: «Non le wimax et le wifi ne sont pas les meilleures technologies pour arriver à l’internet ultrarapide, oui la fibre optique c’est mieux. Mais à quelles conditions financières?» Là où il faudrait 400 à 500 millions d’euros d’investissement, l’opération lancée en coûtera 7,3 millions. Dont 4,5 millions de fonds publics, cofinancés par le Département (1.027.800 euros), la Région (1.027.350 euros), l’Etat (1.027.350 euros) et l’Europe (1.417.500 euros). Le solde étant à la charge de l’opérateur privé avec lequel le Département a passé une convention. «Aucun conseil général n’a fait le choix de la fibre optique, pour les mêmes raisons, a balayé Michel Boutant. De fait, nous ne sommes pas des extra-terrestres sur ce dossier comme on voudrait le faire croire.»

De la même manière, le conseil général a évacué la question des conséquences sanitaires de l’installation des multiples antennes nécessaires à ces technologies. «Nous avons mandaté l’Apave, cabinet qui a pris des mesures ces derniers jours. Les résultats sont très en deçà des normes requises et même en deçà de ce que les pétitionnaires demandent.» Présent hier à Saint-Mary, le représentant de l’Apave a confirmé.

Chasseneuil

en pole position

Le canton de Chasseneuil aujourd’hui équipé va servir de vitrine commerciale à Alsatis pour avancer. Le marché n’est pas neutre: 5.700 foyers en «zone blanche» ne reçoivent rien du tout, et 27.300 autres sont en «zone grise» avec un débit basique de 512 kilobits. Argument «choc» d’Elsatis: les 3.300 premiers abonnés – 10 % du parc potentiel – auront l’installation gratuite. L’offre peut séduire. Mais le coût de l’abonnement peut freiner les ardeurs: il se situe à 29,90 euros par mois pour le seul accès internet à 4 mégabits. Pour la télévision, il faudra se contenter de son «râteau» traditionnel. Pour le téléphone, il faudra rallonger 6,99 euros par mois. Ou conserver son opérateur historique.

Jacques Santrot, l’ancien maire de Poitiers mais toujours conseiller régional, présent hier à Saint-Mary, a avancé quelques chiffres sur la situation dans les départements voisins: 800 abonnés en Charente-Maritime pour un réseau opérationnel depuis avril 2008, pas tout à fait 500 dans les Deux-Sèvres où la guerre fait rage entre les «anti» et les «pro», 200 à peine dans la Vienne, «qui a eu quelques difficultés de commercialisation».

L’article de Sud-Ouest

CHARENTE. Le réseau wi-fi de l’opérateur Alsatis couvrira tout le département avant l’été

L’Internet haut débit arrive dans les campagnes

Jacques Santrot, le préfet Millon et Michel Boutant. (PHOTO T. KLUBA)
Jacques Santrot, le préfet Millon et Michel Boutant. (PHOTO T. KLUBA)

Réduire la fracture numérique soit, mais pas n’importe comment, et pas à n’importe quel prix ! Voilà la philosophie du Conseil général, qui a mis un million d’euros sur la table et a privilégié les technologies wi-fi et wimax pour apporter l’Internet haut débit partout en Charente.

Le président Boutant l’a rappelé hier après-midi, lors d’une réunion d’information à l’attention des élus, dans la petite commune de Saint-Mary, près de Chasseneuil et de Saint-Claud.

33 000 foyers concernés

Pourquoi Saint-Mary ? Parce que l’opérateur privé Alsatis vient d’y brancher ses premières antennes et compte déjà une douzaine de clients. Et parce que ce petit coin de Charente – charmant mais très rural, loin, très loin des autoroutes de l’information – était l’endroit idéal pour dévoiler le calendrier officiel du déploiement du réseau.

On connaît la promesse : proposer, d’ici l’été 2010, une connexion Internet satisfaisante aux 33 000 foyers oubliés par Orange, SFR, Free et les autres, là, dans les multiples zones grises et blanches du département. Rappelons que parmi ces 33 000 foyers, 27 300 ont un mal fou à télécharger des images ou de la vidéo (connexion inférieure à 2Mbit par seconde), et que 5 700 « rament » vraiment (connexion inférieure à 512 Kbit/s).

Pour tenir cette promesse, Alsatis doit installer 228 émetteurs et relais sur les châteaux d’eau, les pylônes et les bâtiments publics. La zone de Chasseneuil est la première couverte. Les hommes de l’art parlent d’ailleurs de plaque et non de zone. Suivront donc en novembre les « plaques » de l’agglomération d’Angoulême, Ruffec, Champagne-Mouton et Saint-Claud. En décembre, viendra le tour des environs de Barbezieux, Baignes et Brossac. Début 2010, les ondes d’Alsatis baigneront les secteurs de Chalais, Aubeterre, Villebois-Lavalette, Montbron, Confolens, Villefagnan et Aigre. Au printemps, Chabanais, La Rochefoucauld, Saint-Amant-de-Boixe, Montmoreau, puis tous le secteur du Cognaçais goûteront aux joies du numérique.

29,90 ? TTC par mois

Pour plus de détails, on consultera le calendrier de mise en service sur www.cg16.fr (ce qui, vous l’avouerez, n’est pas très commode lorsque l’on est privé d’Internet). On préférera ouvrira le journal « Sud Ouest » de demain, où le Conseil général présentera un publi-reportage de quatre pages en couleur, avec graphiques, cartes et schémas.

Voilà pour le déploiement du réseau Alsatis, dont on a donc beaucoup parlé hier à Saint-Mary, en présence du préfet Millon et du conseiller régional Jacques Santrot (ancien maire de Poitiers). D’ailleurs, que faisaient-ils, ici, en pleine campagne ? La réponse est toute simple : l’État, la région Poitou-Charentes et même l’Europe ont aidé la Charente à financer ce projet (1).

Et le client Alsatis, que payera-t-il au final ? La facture s’élèvera à 29,90 ? TTC par mois, pour un débit maximum de 4 Mb/s (512 kb/s en débit montant). Comptez 36,89 ? avec le téléphone. Et oubliez la télé, peu compatible avec le wi-fi.

(1) Il n’est d’ailleurs pas inutile de détailler la facture. Le plan haut débit en Charente coûte 7,3 millions d’euros. Alsatis (qui sera propriétaire mais pas seul gestionnaire du réseau) dépense 2,8 millions. Le solde, soit 4,5 millions, est à la charge du contribuable, via l’Europe (31,5 %), le Département (22,84 %), l’État (22,83 %) et la Région (22,83 %).

Publié le
Catégorisé comme Divers

9 commentaires

  1. Bonsoir,
    Edifiants ces articles ! L’importance des sommes en jeu pour le bénéfice de si peu de monde me laisse sans voix moi aussi…
    Je viens de laisser un commentaire sur le blog de CL…

  2. Tu as parfaitement raison Medhi, et encore :
    « on ne nous dit pas tout »

    Les préférences tarifaires, qui auraient été consenties à ALSATIS, pour l’implantation de ses antennes sur les châteaux d’eau, votées par la COMAGA….c’est limite juridiquement, non ?

    Sinon, bonne AG à vous tous.

  3. Bonjour vous deux,
    Mes deux plus fidèles lecteurs !

    Et oui, une fois de plus, je crie, je hurle, je m’énerve car ce projet me gonfle…

    Ils savent que c’est ridicule, que cela coute cher, que cela ne correspond pas au besoin, qu’ils ne vont pas avoir beaucoup de clients…. mais ils n’oublient pas de tout de suite faire en sorte que l’on ferme notre gueule!

    J’en arrive même au point de me dire que chez Alsatis ils sont quand même bien kamikaze (jeu de mot spécial Gérard) d’investir eux même une telle somme quand on voit ce qu’il c’est passé dans les départements voisins.

    Je ne suis pas au courant des préférences qu’aurait eu Alsatis, mais cela ne m’étonne pas du tout. C’est clair que juridiquement c’est très moyen…

    Je vois aussi que le sujet n’intéresse plus personne : aucun commentaire sur le blog de CL (sauf notre amie Sylvana16)… plus de signature sur le blog sansdebit-16.org

    On va laisser les 7,2 M€ (je sais je fais une fixette la-dessus) se dilapider pour du vent…

    Je suis vraiment pressé de connaitre le nombre de personnes qui vont s’abonner à cette offre, mais aussi connaitre le nombre d’élus ayant voté pour cette solution qui l’utiliseront.

  4. Ah oui, et j’allais oublier …

    Pourquoi ne parlent t-il que de la fibre optique?

    Et bien parce que ce terme est plus simple à retenir que NRA-Machin-Truc….

    Et oui, nous (les casses-pieds, les emmerdeurs, les gueulards), ne voulons pas forcement de fibre optique jusqu’à notre maison, juste l’implantation de NRA-ZO (Noeud de Raccordement des Abonnés en Zone d’Ombre) bien plus efficace, simple à mettre en place et surtout compatible avec la technologie ADSL.

    C’est la solution que justement est en train d’implanter la Haute-Vienne après le flop du Wimax/Wifi sur leur département. Bizarre que les erreurs de nos voisins ne servent pas de leçon, je ne comprends pas tout…

    No comment…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.