Après quelques mois d’absence…

En effet, cela fait plusieurs semaines (plusieurs mois) que le site de Nord Charente Wireless n’a pas évolué.

Mais aujourd’hui, pour plusieurs raisons j’ai décidé de me remettre à le ré-alimenter :

  1. Le réseau NCW est stable, n’a plus rien à prouver, nous n’avons quasiment plus de demandes d’abonnement, en un mot, la mission est accomplie. Evidemment, certain adhérents (voire anciens adhérents) trouveront à redire sur notre association, mais il faut être honnête, le résultat est probant et les adhérents très souvent satisfait.
  2. Ma nouvelle activité professionnelle est a présent lancée, et j’ai plus de temps pour moi.
  3. Les actualités sur la Charente Libre d’aujourd’hui me font réagir, et deviner quel est le sujet : Internet Haut-Débit.

C’est assez rigolo, de voir que nous nous sommes battus pour qu’une vraie solution pérenne soit implantée dans nos contrées, et non pas de faire un copié-collé de ce qu’avait déjà fait les trois associations Wifi Charentaises. Ces 3 associations avaient pour mission de faire venir Internet avec un débit acceptable et cohérent aux besoins et usages actuels. Il a toujours été évident que c’était une solution temporaire, un pansement sur les zones blanches charentaises. Toutefois nos élus, ne nous ont pas écouté, pire se sont ouvertement foutu de nous. Pas de chance, nous avions raison. Il me semble que lorsque l’on ne maîtrise pas un sujet, on essaie de s’entourer de personnes compétentes et expérimentées….

Souvenez-vous des articles suivants :

http://www.nordcharentewireless.com/?p=1384

http://www.nordcharentewireless.com/?p=342

http://www.nordcharentewireless.com/?p=147

Et regardze, ce qui est paru aujourd’hui sur la CL. On nous aurait mentis?

Internet: le casse-tête du haut débit

Plus de 7 millions viennent d’être investis pour améliorer les connexions internet en Charente Mais avec l’arrivée de la fibre optique, l’équipement sera rapidement obsolète.

Encore six relais à mettre en place à Plassac-Rouffiac et le réseau wifi d’Alsatis sera complet. Choisi en 2009 par le conseil général dans le cadre du plan «Le haut débit pour tous», le fournisseur d’accès à internet a dû revoir ses installations à la hausse. Pour que les 404 communes charentaises puissent toutes bénéficier du haut débit, Alsatis a déployé 150 relais supplémentaires. Un investissement nécessaire «pour mieux épouser la topographie du terrain», avance Xavier Prisker, P-DG du prestataire de services (lire encadré).

Une réévaluation qui se répercute sur les comptes. Estimé à 7,3 millions d’euros, dont 4,5 millions de participations publiques, le budget a été augmenté de 82.000 euros du côté du conseil général le mois dernier. Au total, ce sont pour le moment 1.700 abonnés qui profitent des bonnes ondes d’Alsatis, avec un débit maximum de 4 Mb/s. Soit près de 4.300 euros d’investissement par abonné.

«C’est un bon ratio même si on aimerait arriver à 3.200 abonnés pour être en plein rendement», affirme Xavier Prisker. Soit 10% des 30.000 lignes couvertes par le réseau. «L’objectif initial de permettre à tous les Charentais d’accéder au haut débit est atteint. Aujourd’hui, il s’avère que seules 1.700 personnes se sont manifestées, ce qui relativise l’affirmation selon laquelle on ne peut pas vivre sans internet», analyse Jean-Luc Estournes, directeur général adjoint du conseil général, convaincu d’avoir opté pour la bonne solution. Pour appuyer ses dires, il compare la Charente aux départements voisins de la Vienne et des Deux-Sèvres qui ont adopté le même principe de couverture il y a déjà deux ans.

«On les dépasse en nombre d’abonnés pour un investissement moindre», se félicite l’élu. Une satisfaction douchée par l’arrivée de la fibre optique dans le petit village d’Édon il y a quelques semaines. Les 20 Mb/s de débit dont disposent maintenant les 250 habitants du village remisent les 4 Mb/s d’Alsatis à l’ère pré-informatique. «Il fallait remplacer le réseau vétuste, on en a profité pour mettre de la fibre. On prépare l’avenir», justifie Dominique Bordas, directeur régional de France Télécom, qui a débloqué 60 millions d’euros pour un programme de modernisation national. Une quinzaine d’autres communes devraient être logées à la même enseigne (1)«Oui, Alsatis fera doublon là où France Télécom a installé la fibre, mais ce n’est pas demain la veille qu’il couvrira tout le territoire. C’est une solution transitoire qui fonctionne», insiste Jean-Luc Estournes.

2 milliards d’euros pour la fibre en Charente

«C’est de la pure communication de la part de France Télécom! Ça ne présage pas d’une extension plus grande, ce ne sont que des intentions», s’agace Christophe Ramblière, conseiller régional et initiateur de l’association Wifi Braconne-Charente qui dessert 215 adhérents en haut débit. Il a récemment initié un plan de déploiement du très haut débit sur le département, avec trois objectifs étalés sur plusieurs années: raccorder les zones d’activités à la fibre qui existe déjà sur le Grand-Angoulême, câbler les bâtiments publics et installer des sous-répartiteurs dans les villages.

Pour l’élu, «le réseau internet est aussi important que l’eau, l’électricité ou la voirie». «Et il va encore gagner en importance.» Le conseil général s’apprête à lancer une étude similaire dans le cadre du schéma départemental d’aménagement numérique (Sdan). Loin d’être une spécificité charentaise, le déploiement du plan est édicté au niveau national, avec en ligne de mire l’arrivée de la fibre optique dans tous les foyers français. Une première réunion a rassemblé représentants de la Région, du Département et des communautés de communes la semaine dernière. «C’était un tour d’horizon des enjeux. L’objectif est de conjuguer les initiatives pour ne pas se marcher dessus», explique Jean-Luc Estournes, qui avoue «n’avoir pour l’instant pas l’ombre d’une piste au niveau de la faisabilité économique». En Charente, le coût de son déploiement est estimé à 2 milliards d’euros dans un délai de quinze ans. Le conditionnel reste de mise pour les délais, comme pour la possible adaptation du réseau Alsatis.

1) Oradour-Fanais et Le Lindois seront équipés d’ici la fin de l’année. Genté, Pérignac, Saint-Gervais, Sauvignac, Saint-Mary, Vouthon, Mazerolles, Voeuil-et-Giget, Aignes-et-Puypéroux, Bors-de-Montmoreau, Saint-Martial, Bréville et Saint-Georges devraient l’être en 2012-2013.

 

1 réaction sur “ Après quelques mois d’absence… ”

  1. levindellois

    Quel plaisir de retrouver de nouveaux articles sur NCW ! et quelle rentrée, un article sur le haut débit. De temps en temps, CL brasse le fond d’une cuve, histoire de faire remonter la m…..

    Décidément, en Charente, rien ne se passe comme ailleurs.

    à bientôt, j’espère !!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.